Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Nouvelle apostasie de Ratzinger-Benoît XVI contre Notre-Seigneur

Publié le par rémy

 

"Paul ne désire pas abroger la Loi mosaïque", apostasie Benoît XVI

 

 L’apostasie ne cesse de s’étendre au Vatican avec de moins en moins de retenue.

 

L'abbé apostat Ratzinger-Benoît XVI a proclamé publiquement le 19 novembre 2008 que :

 

« Paul ne désire pas abroger la Loi mosaïque car elle vient de Dieu et constitue l'identité d'Israël ». 

 

Cet enseignement de Ratzinger-Benoît XVI est contraire à celui de Saint Paul, il n’est que de reprendre l’épître aux Hébreux.

 

Cette nouvelle étape dans l’apostasie de l’abbé Ratzinger-Benoît XVI fait écho à ses multiples apostasies formelles et publiques de l’Unique et Éternelle Messianité[1] de Notre Seigneur Jésus Christ que cet apostat ne cesse - à la suite de son prédécesseur l’évêque apostat Wojtyla-JPII depuis 1986 - de réitérer au sortir de chacune de ses visites publiques répétées aux synagogues au cours de ses voyages de par le monde.

 

Rappelons à cet égard1 les :

 

APOSTASIES FORMELLES ET PUBLIQUES depuis 1986

 

http://www.virgo-maria.org/articles/2008/VM-2008-10-04-A-00-Benoit_XVI-et_les_Juifs.pdf

 

  Tout catholique assistant à la Sainte Messe Catholique, peut lire en toutes lettres dans son Missel les paroles sacrées prononcées par le prêtre catholique au Canon qui opèrent le miracle de la transsubstantiation du pain et du vin en Corps et Sang matériels mêmes de Notre Seigneur Jésus-Christ - ainsi que l’enseigne la FOI et la Doctrine immémoriale, immuable, et infaillible de la Sainte Église – lesquelles sont pour ce qui concerne le vin transsubstantié en Sang :

 

 

Simili modo, postquam cenatum est,
accipiens et hunc praeclarum Calicem in sanctas ac venerabilem manus suas :
item Tibi gratias agens, benedixit deditque discipulis suis, dicens :

Accipite, et bibite ex eo omnes.

HIC EST ENIM CALIX SANGUINIS MEI,

NOVI ET AETERNI TESTAMENTI :

MYTERIUM FIDEI :

QUI PRO VOBIS ET PRO MULTIS EFFUNDETUR

IN REMISSIONEM PECCATORUM.

 

C'est-à-dire :

 

Prenez et buvez-en tous,

CAR CECI EST LE CALICE DE MON SANG,

LE SANG DE L’ALLIANCE NOUVELLE ET ÉTERNELLE :

LE MYSTÈRE DE LA FOI :

QUI SERA VERSÉ POUR VOUS ET POUR UNE MULTITUDE

EN RÉMISSION DES PÉCHÉS.

 

 

Ainsi l’Alliance Nouvelle et Éternelle scellée dans le sang même de Notre Seigneur Jésus-Christ est-elle proclamée publiquement et solennellement devant tous les fidèles catholiques lors de l’acte suprême de la Foi et de la liturgie catholique : la consécration et la transsubstantiation des saintes espèces – en particulier celle du Sang -  au cours de chaque messe catholique.

 

  C’est pour perpétuer le renouvellement permanent de ce sacrifice de Son Corps et de Son Sang pour la rémission des péchés, désormais à jamais substitué par le Verbe incarné Lui-même aux sacrifices d’animaux réalisés selon le sacerdoce d’Aaron de l’Ancienne Alliance dans le temple par le clergé du temple de Jérusalem - comme nous l’enseigne explicitement l’apôtre saint Paul dans son Épître aux Hébreux – que Notre Seigneur Jésus-Christ – le Verbe de Dieu incarné - a institué le soir du Jeudi-Saint Son propre sacrifice selon l’Ordre et le Sacerdoce de Melchisédech de la Nouvelle et Éternelle Alliance.

 

  Et c’est parce que Caïphe et le Sanhédrin des prêtres du temple, Lévites et Cohanims, rejetaient absolument cette prétention qu’ils Le condamnèrent à mort le lendemain pour « blasphème, imposture et sorcellerie ».

Or Anne, Caïphe et les Cohanims et Lévites du Temple constituaient bien alors le seul clergé légitime selon l’ordre du sacerdoce d’Aaron du peuple de l’alliance de la promesse (l’Ancienne Alliance) que Dieu lui-même avait scellée avec Abraham, et avec ses descendants, en lui promettant que de sa descendance il susciterait le régulateur universel, le Messie.

 

Et, Dieu accomplit en perfection sa promesse faite à Abraham – la promesse qui constitue l’Ancienne Alliance avec le peuple élu - en réalisant l’Incarnation de son Verbe filial dans le sein virginal de la Très Sainte Vierge Marie, la descendante de ce dernier.

 

  Dieu avait donc accompli pleinement et parfaitement l’objet même de l’Ancienne Alliance dès la conception virginale puis la naissance à Bethléem de Notre Seigneur Jésus-Christ, le seul, l’unique et véritable Messie promis d’Israël.

 

 

 

L’Ancienne Alliance (alliance de la promesse) n’était donc
ni révoquée, ni abolie, mais

pleinement accomplie
par l’Incarnation virginale du Verbe de Dieu
.

 

  Et c’est bien parce que les chefs religieux alors légitimes du peuple élu ont refusé - à l’opposé du fiat de la Très Sainte Vierge Marie – de reconnaître le Messie accomplissant la promesse de Dieu faite a Abraham et réalisant ainsi l’Alliance de Dieu avec le peuple élu, sa descendance, que Notre Seigneur lui a substitué Lui-même le soir du Jeudi-Saint la Nouvelle et Éternelle Alliance scellée dans Son sang, et par Son sacrifice nouveau du Sacerdoce selon l’Ordre de Melchisedech, supplantant à jamais les sacrifices d’animaux du temple selon l’Ordre du sacerdoce d’Aaron.

  Il résulte de ce qui précède et de ce qui exprime le cœur même de la foi catholique, que prétendre – comme l’affirment aujourd’hui tant de renégats catholiques qu’ils soient simples fidèles, clercs, religieux ou prêtres, évêques, cardinaux ou papes, ou prétendus tels - que :

 

« Parce que les dons de Dieu sont sans repentance », nous devrions reconnaître que « perdurerait encore aujourd’hui l’Ancienne Alliance de Dieu avec Israël »,

 

constitue pour tout chrétien un abominable sophisme, un blasphème, et en réalité une apostasie formelle.

 

  Ou mieux encore, comme l’ont proclamé publiquement depuis 1986 l’évêque apostat Karol Wojtyla-JPII et l’abbé apostat Joseph Ratzinger-Benoît XVI, prétendre qu’

 

«Il ne déplaît pas à Dieu que les juifs talmudistes attendent toujours le messie que Dieu leur a promis dans son Alliance avec Abraham et sa postérité »

 

constitue pour tout chrétien une déclaration publique d’apostasie de Notre Seigneur Jésus-Christ, seul et unique Messie universel et éternel.


 

 

Dans les faits, tout chrétien, qu’il soit laïc ou clerc, qu’il soit prêtre, religieux, évêque ou pape,
ou prétendu tel, qui prétend publiquement qu
e

« l
Ancienne Alliance de Dieu avec le peuple élu (ancienne alliance de la promesse du messie
faite à Abraham)
perdure encore aujourd’hui
 »,

accomplit ni plus ni moins qu’une
proclamation publique de son apostasie

de Notre Seigneur Jésus-Christ en niant formellement qu’Il soit le véritable Messie
promis par Dieu dans son alliance avec Abraham et sa postérité,

et en
proclamant donc
avec Anne, Caïphe et le Sanhédrin des prêtres du temple

que
Jésus de Nazareth n’était bien qu’« un imposteur et un blasphémateur »,
c’est-a-dire
en souscrivant donc pleinement et publiquement
aux
motifs de sa condamnation a mort.

 

  C’est ce que n’ont cessé et ne cessent de proclamer publiquement depuis 1986 l’évêque apostat Karol Wojtyla-JPII, l’abbé apostat Joseph Ratzinger-Benoît XVI, ainsi que leurs hiérarchies conciliaires « cardinaux », « évêques », « prêtres » ou religieux, ou prétendus tels, ainsi que nombre de pauvres laïcs qu’ils ont dévoyés dans cette voie de damnation.

 

Source : Virgo-Maria - Zenit.org

Le Vatican encense la musique antichrist des Beatles !

Publié le par clovis

Alors chacun sait la nocivité (messages subliminaux, violence, vulgarité...) de la "musique" luciférienne des Beatles, le Vatican salue l'héritage musical des Beatles et pardonne à John Lennon sa "fanfaronnade". 

http://accel6.mettre-put-idata.over-blog.com/0/09/02/22/guerre-de-satan.jpg
Livre à lire de toute urgence !

  "L'Osservatore Romano", organe officiel du Vatican, a une nouvelle fois salué l'héritage musical des Beatles, pardonnant au passage la "fanfaronnade" de John Lennon, qui avait osé affirmer que les Fab Four étaient plus célèbres que Jésus-Christ.

Dans son édition de samedi, le journal rappelle que ces propos, publiés en 1966 dans la presse londonnienne, avaient suscité une "profonde indignation", surtout aux Etats-Unis. Il les impute cependant à l'inexpérience d'un "jeune Anglais de la classe ouvrière confronté à un succès inattendu".

"L'Osservatore Romano", tout comme Radio Vatican, avait déjà marqué vendredi le 40e anniversaire de la sortie de l'"album blanc" des Beatles, saluant au passage l'extraordinaire créativité du groupe anglais, qu'il comparait aux chansons "standardisées et stéréotypées" de la scène pop-rock actuelle.

Source : Nouvelobs

Petit rappel :
http://s3.amazonaws.com/images.nachofoto.com/b-lennon-satan-A49869930187d.jpeg
" Je sais que les Beatles connaîtront le succès comme aucun groupe ne l’a encore connu.

Je le sais très bien, car pour ce succès, j’ai vendu mon âme au diable .

John Lennon à R. Coleman (en 1962)

(Coleman, Ray, Lennon p.256)

 

 " Le christianisme est appelé à disparaître, il va diminuer jusqu'à s'évanouir.

Je ne tiens pas à en discuter. J'ai raison et l'avenir le prouvera.

Nous sommes plus populaires que Jésus-Christ à présent.

J'ignore qui des deux disparaîtra le premier,

le Rock'N'Roll ou le Christianisme ".

John Lennon (San Francisco Chronicle, 13 Avril 1966, p.26))

 


Ils sont complètement antichrists.

Je veux dire que moi aussi je suis antichrist

mais eux le sont tellement qu'ils me choquent "

Derek Tylor (agent de presse des Beatles)

(Saturday Evening Post, 08/08/1964)

"Parfois je croyais que c'était Satan lui-même "
George Martin, Producteur des Beatles

 

"Jésus, un bâtard d'Espagnol catholique fasciste graisseux, mangeur d'aïl, petit puant et jaune,"[que Dieu ait pitié de cet homme !]

John Lennon, A Spaniard in the Works, p.14)

 

Les centres de messe non una cum

Publié le par Clément LECUYER

 

 Mise à jour le 11.10.2019

Pour consulter la liste des centres de messes traditionnelles dites non una cum (c'est à dire que les prêtres ne citent pas le nom de  François I° puisque ce dernier est hérétique public et n'est pas un vrai Pape) en France, se rapporter à ce site régulièrement mis à jour : http://oblatio-munda.over-blog.com/

> Il est préférable de se renseigner avant grâce aux coordonnées données, certaines horaires et adresses pouvant évoluer.

 En Bretagne :

 
CÔTES D'ARMOR (22) 

Chapelle saint Antoine
Messe le dimanche à 10h00 par M. l'abbé Xavier Grossin.
22390 BOURBRIAC
Adresse privée. Pour l'obtenir, contactez l'administrateur ou le 02 96 43 47 91


ILLE-ET-VILAINE (35)

Chapelle Saint Pie V
14 rue du Pré du bois - 35000 RENNES

 

M. l’Abbé Gilles Roger Tél. : 06 22 82 01 35

Messes le dimanche à 8h00, 10h00 et, sauf exceptions, 18h45 . Pour toute information : http://www.chapelle-saint-pie-v.fr/

Chapelle Saint Maurice
35360 MONTAUBAN-DE-BRETAGNE
Tél. : 02 40 29 32 39

Messe le 2ème, 4ème et 5ème dimanche du mois à 18 h  par M. l'abbé Philippe Guépin

LOIRE-ATLANTIQUE (44)

Chapelle Saint Etienne de la Compagnie de Jésus et de Marie (Père Rigoberto)
Rue de la Poste - 44170 ABBARETZ
Tél. : 02.40.87.04.10 / 06.16.32.48.73

Messes en semaine. Messe chantée le dimanche à 10h30

Chapelle du Christ-Roi
88 rue d’Allonville - 44000 NANTES
Tél. : 02.40.29.32.39.
Messe le dimanche à 10H00

Chapelle Notre-Dame des Dons (XI et XV siècles)
16 rue des Dons - 44119 TREILLIERES

Tél. : 02.40.29.32.39.
Messe le dimanche à 8H00. Chapelet et Vêpres à 16H15.

[téléphoner avant pour être certain des horaires de messe qui peuvent varier]

Chapelle Sainte Anne (XVII siècle)
La Sauldraye - 44500 LA BAULE-ESCOUBLAC

Tél. : 02.40.29.32.39.
Messe le 1er et 3eme dimanche du mois à 18H00

 

MORBIHAN (56)

Chapelle Saint Joseph
4 rue dehaut de préssencé - 56100 LORIENT
Tél. : 06 22 82 01 35
Messe tous les dimanches (horaires variants, souvent l'après-midi)