Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'aptitude canonique

Publié le par Clément LECUYER

 Il est plus que jamais d'actualité de se souvenir des points essentiels que Mr l'abbé CEKADA, professeur de théologie au séminaire de la sainte Trinité (Floride), résume à la fin de son analyse sur le clergé non formé dans le mouvement traditionaliste :

1) La loi de l'Eglise oblige à ce que quiconque est ordonné à la prêtrise soit en possession de l'aptitude canonique (idoneitas canonica). Les deux principaux critères qui déterminent l'aptitude canonique d'un candidat à l'ordination sont :

a) la conduite vertueuse (mores congruentes),
b) les connaissances requises (debita scientia).

 Le système de séminaire établi par le Concile de Trente et prescrit par le droit canonique fournit aux candidats à l'ordination une formation spirituelle appropriée (à travers le règlement du séminaire, le programme journalier, une direction spirituelle régulière, l'observation et la correction, et l'évaluation professorale) et l'éducation ecclésiastique requise (connaissance et compréhension du Latin, deux ans de philosophie, quatre ans de théologie).

 Le système Tridentin garantit que les ordinands sont “convenablement jugés” (rite probati) sur une longue période de temps à la fois sur leur conduite et leurs connaissances, et qu'ils sont en effet canoniquement aptes à l'ordination.

 La législation et les déclarations papales ont constamment averti que ces obligations sont graves et
que les ignorer met les âmes de fidèles en danger. Un candidat qui n'a pas été “convenablement jugé” selon les normes légales sur sa vertu et ses connaissances est canoniquement inapte à la prêtrise.

2) Un évêque qui confère les ordres majeurs à un candidat canoniquement inapte commet un péché mortel (canon 973).

3)
Les ordres conférés par un évêque canoniquement inapte – un de ceux qui, parmi les Vieux Catholiques, les schismatiques brésiliens, la hiérarchie du Palmar de Troya et d'autres, n'ont pas l'éducation du séminaire requise – ne bénéficient pas de présomption de validité. En pratique, donc, les ordinations épiscopales ou sacerdotales issus de tels évêques doivent être considérés comme invalides.

4) Même si dans un cas particulier un candidat canoniquement inapte pourrait prouver que son ordination ou son sacre épiscopal était certainement valide, il serait toujours empêché d'exercer les ordres ainsi reçus, qu'ils aient été conférés par un prélat catholique ou un schismatique.

* * *

 La loi et la tradition de l'Eglise requièrent donc que leurs ministres soient formés et leurs vertus et connaissances évaluées avant de recevoir la dignité des Saints Ordres, et que l'inapte soit exclu.

 Un prêtre ou un évêque canoniquement inapte, même s'il peut avoir été ordonné validement, déshonore la prêtrise catholique et compromet le salut des âmes chaque fois qu'il monte à l'autel, entre au confessionnal, ou pire encore, coiffe une mitre et élève aux Saints Ordres encore plus d'ignorants et d'inaptes.

 La dignité de la prêtrise du Christ et le bien général de l'Eglise demande à ce que les laïcs catholiques refusent le ministère sacramentel de ces hommes et n'appuient pas leur apostolat. Agir autrement donne crédibilité et respectabilité à ce qui ne mérite que mépris et condamnation, comme cela ressort clairement des mots terribles du Pape Pie XI :

“Qu'ils tremblent donc pour eux - mêmes, ceux qui abordent le ministère sacré sans compétence ni formation; car le Seigneur ne laissera pas impunie leur ignorance, lui qui a proféré cette terrible menace : Parce que tu as repoussé la science, je te repousserai à mon tour, et tu ne seras pas mon prêtre”.

 
Si le Seigneur Lui-même rejette l'inapte, le catholique traditionnel ne peut pas faire moins – car la seule personne apte à célébrer la Messe tridentine est un véritable prêtre tridentin.

Anniversaire de la mort du Père Noël Barbara

Publié le par Clément LECUYER

http://www.the-pope.com/Barbara2.gif Cela fait depuis maintenant 17 ans que le R.P. Noël Barbara nous a quitté, remettant son âme à Dieu le 10 octobre 2002. Prions pour le salut de son âme ! Né le 25 décembre 1910, il fut ordonné prêtre le 26 juin 1938. Il fut un des pionniers de la vraie Résistance catholique.

 Dans ce dossier PDF, nous vous proposons de retrouver le résumé de sa vie consacrée à la défense de la religion catholique, pure et vierge de toute souillure. Vaillant pourfendeur de l'hérésie et du libéralisme, avocat de la sainte Messe traditionnelle, il tenta vainement de convaincre Mgr Lefebvre à déclarer publiquement la position Sede Vacante.

 Dans ce grand combat de l’Eglise qui se prolonge encore, le Père Barbara est pour nous un exemple, il nous montre que l’étude est une force, les arguments de la foi une épée, l’intransigeance un bouclier, et que la charité et l’humilité mènent à la victoire.

 Voici un extrait audio de son intervention donnée à la Mutualité à Paris le 20 octobre 1976 dans laquelle il dénonce énergétiquement les assassins de la foi. Il y déclare notamment la vacance du Siège apostolique :

Mgr Morello va-t-il s'opposer à Saint Pie X lui-même ?

Publié le par Clément LECUYER

 En choisissant de conférer le sacrement de l'Ordre à Mr l'abbé Louis-Marie de Coatparquet, nous avons démontré dans notre précédent communiqué que Mgr Morello s'affranchissait des recommandations et exigences de l'Eglise.

 Il contrevient également directement à un ordre strict de sa sainteté le Pape saint Pie X qui ordonne ce qui suit :

 "C'est pourquoi, convaincu et persuadé de la nécessité que ceux qui aspirent au sacerdoce soient élevés dans des Séminaires pour maintenir et affermir la vocation à l'état ecclésiastique, et afin que les véritables vocations soient mieux connues des supérieurs qui doivent rendre le bonum testimonium avant que les aspirants reçoivent l'imposition des mains [...] Nous avons, en outre, pris les décisions suivantes : [...]

8. Ne pourra être promu au sacerdoce celui qui n'aura pas accompli sa quatrième année de théologie, n'en aura point surmonté l'épreuve et n'aura pas été élève au moins trois ans dans un Séminaire ou un collège ecclésiastique.

 Nous vous communiquons à temps ces décisions, Monsieur le cardinal, afin que, dans votre zèle éclairé pour le gouvernement de Notre diocèse, vous en prescriviez et vous en surveilliez dès l'année scolaire prochaine la scrupuleuse observance, dérogeant complètement à toute habitude ou privilège contraire. Et Nous vous accordons avec une affection particulière la bénédiction apostolique." (Lettre au cardinal Respighi, 5 mai 1904, Actes de S.S Pie X, t. IV, p. 197)


  Or, l'abbé de Coatparquet n'a ni étudié au moins trois ans dans un séminaire, ni surmonté l'épreuve de la quatrième année de théologie. Il est donc inapte à recevoir les saints Ordres : qu'il aille rejoindre le séminaire de la Sainte Trinité en Floride.  En persistant à ordonner un tel candidat, Mgr Morello se compromet gravement ! Qu'il se soumette à la voix de saint Pie X :


"Il reste encore que dans le choix des ministres sacrés rien ne se fasse à la légère, rien ne soit contraire à ce que vous dicte votre conscience d'évêques. L'évêque doit observer le plus religieusement possible le grave avertissement de saint Paul : Ne te hâte point d'imposer les mains à quelqu'un. C'est qu'en effet toute précipitation dans une affaire d'une telle importance est pleine de dangers. Mais surtout il faut bien prendre garde de ne pas céder à l'intérêt ou à la faveur des hommes en imposant les mains à un sujet moins digne. Mais vraiment, c'est là un crime si odieux qu'on ne saurait le moins du monde faire tomber un tel soupçon sur quelqu'un d'entre vous : ce que Nous voulons dire plutôt et ce que Nous  vous demandons avec des instances réitérées, c'est de ne regarder comme superflu aucun genre de précautions lorsqu'il s'agit de consacrer les clercs. — En toute cette affaire, qui vous touche chacun en particulier autant que tous en général parce que le salut de l'Église du Portugal elle-même en dépend, qu'il ne vous suffise pas de dépenser votre zèle en des efforts isolés." (Lettre aux évêques du Portugal, 5 mai 1905)

Publié dans Annonces

Prochainement un nouveau prêtre inapte au sacerdoce : non possumus !

Publié le par Clément LECUYER

 Nous avons appris il y a maintenant trois semaines qu'une ordination sacerdotale allait avoir lieu à Rennes : l'abbé de Coatparquet se verra conférer le sacrement d'ordre des mains de Mgr Morello, ce samedi 12 octobre. 

 Bien sûr une telle nouvelle devrait nous remplir de joie ! Mais hélas, cela ne peut être le cas. Cette nouvelle est source pour nous de légitimes et vives inquiétudes. Plus on en apprend, plus nous sommes forcés de constater que rien est conforme aux règles les plus élémentaires.

 Tout d'abord, le parcours de l'abbé de Coatparquet est pour le moins confus et brouillon. Le fait est que cela fait depuis 17 ans qu'il végète ça-et-là à la recherche d'un évêque acceptant de lui conférer les ordres. Passé par des séminaires de la Fraternité saint-Pierrre à Wigratzbad puis de l'Institut du Bon Pasteur (pendant un an), il a fini par rejoindre quelques années Mr. l'abbé Guépin à Nantes pour partir ensuite côtoyer un prêtre survivantiste, l'abbé Seigneur, le tout en séjournant de temps en temps au Trévoux, communauté religieuse rattachée à la FSSPX. Discrètement, il y a quelques mois, il a fait l'aller-retour en Argentine pour recevoir le sous-diaconat et le diaconat des mains de Mgr Morello.

 L'abbé de Coatparquet n'a donc été formé dans aucun séminaire, il n'a été soumis à aucun examen sérieux en bonne et due forme, il est donc clairement inapte à la prêtrise.  Les décrets du Concile de Trente prescrivent que “ceux qui doivent être ordonnés doivent vivre dans un séminaire et y être formés dans la discipline ecclésiastique, recevoir les Saints Ordres après avoir été convenablement jugés” (canon 972, 1). Et Pie XI d'avertir :

 "L’avenir du prêtre lui-même dépend de la formation qu’il aura reçue [dans un Séminaire]. Il est d’une suprême importance qu’après une solide formation classique, les futurs prêtres soient initiés et entraînés à la philosophie scolastique selon la méthode, la doctrine et les principes du Docteur angélique... Un seul prêtre bien formé vaut mieux qu’un grand nombre peu ou point préparés et sur lesquels l’Eglise ne peut guère compter, à supposer même qu’elle n’ait pas à pleurer sur eux" (Encyclique Ad Catholici Sacerdotii)

 Qui plus est, quelle est sa position sur la crise de l'Eglise ? Rien nous assure qu'il célèbrera la sainte messe non una cum. Selon des témoignages de fidèles ayant échangé avec lui, l'abbé de Coatparquet soutient la théorie fumeuse du survivantisme de l'hérétique Montini/Paul VI. Nous sommes en droit de penser qu'il célèbrera la Messe una cum Montini ! Nous ne pouvons accepter qu'un tel prêtre désserve les centres de Messes.

Résultat de recherche d'images pour "mgr morello" Quant à l'ordinateur, Mgr Morello, sa grave imprudence en la matière est consternante ! Il choisit, seul, de faire fi des commandements, recommandations et exhortations de l'Eglise. Connaissant à peine l'abbé de Coatparquet, il n'a même pris la peine de consulter Mr. l'abbé Guépin (jusqu'à il y a peu), foncièrement opposé à une telle ordination. La loi de l'Eglise est pourtant claire : Le canon  973  interdit à un évêque d'ordonner un candidat  inapte  canoniquement "sinon, non seulement il pèche très gravement mais il encourt également le péril de participer aux péchés d'autrui."  Nous l'exhortons à écouter les recommandations de saint Pie X :

"Quand le temps sera venu de promouvoir les jeunes candidats aux saints Ordres, ah !, n'oubliez pas ce qu'écrivait saint Paul à Timothée – N'impose précipitamment les mains à personne ; vous persuadant bien que, le plus souvent, tels seront ceux que vous admettrez au sacerdoce, et tels seront aussi dans la suite les fidèles confiés à leur sollicitude. Ne regardez donc aucun intérêt particulier, de quelque nature qu'il soit; mais ayez uniquement eu vue Dieu, l'Eglise, le bonheur éternel des Âmes afin d'éviter, comme nous en avertit l'Apôtre, de participer aux péchés d'autrui." (Encylique E Supremi Apostolatus du 4 octobre 1903)

  Et saint Jean Chrysostome de préciser :

"Ce n'est pas après une première, une seconde, une troisième épreuve, mais après une réflexion prolongée, après un minutieux examen que tu imposeras les mains" (Homil. 16 in Tim. Migne, PG. 62, 587.).

  Ce n'est pas la première fois que cet évêque provoque des turbulences en France. En 2015, nous avions fait le choix de rester discret sur le soutien aveugle, naïf (?) et têtu de cet évêque à la communauté installée en France du très douteux Père Ricardo Subirón. Malgré les solides preuves recueillies par Vigilantes Semper, Mgr Morello a persisté à soutenir cet imposteur, sacrilège et escroc Subirón, tout en réprimandant les fidèles qui osaient enquêter et dénoncer cet individu.

 Et pourtant, l'expérience nous montre qu'un prêtre non formé est une bombe à retardement. Lorsque l'explosion se produit, le scandale suit et les âmes sont détournées de la Messe traditionnelle. Mgr Morello en portera personnellement la responsabilité et répondra devant Dieu de sa conduite.

 Dans le domaine civil, une telle chose serait impensable : imagine-t-on qu'un individu se voit remettre un diplôme de médecine sans avoir suivi de formation dans une université de médecine, sans avoir exercé de stages d'internat, sans avoir passé d'examens ? La réponse va de soi. Pourquoi dans le domaine spirituel et religieux un individu n'ayant jamais passé d'examens, s'étant vu refouler de séminaires pourrait se faire tout de même ordonner prêtre ?

 Comme l'explique Mr l'abbé Cekada, la dignité de la prêtrise du Christ et le bien général de l'Eglise demandent à ce que les  laïcs catholiques refusent le ministère sacramentel de tels prêtres. Agir autrement donne crédibilité et respectabilité à ce qui ne mérite que mépris et condamnation, comme cela ressort clairement des mots terribles du Pape Pie XI :

Qu'ils tremblent donc pour eux-mêmes, ceux qui abordent le ministère sacré sans compétence ni formation; car le Seigneur ne laissera pas impunie leur ignorance, lui qui a proféré cette terrible menace : Parce que tu as repoussé la science, je te repousserai à mon tour, et tu ne seras pas mon prêtre." (Lettre apostolique Unigenitus Dei Filius sur les études des religieux)

 Si le Seigneur Lui-même rejette l'inapte, le catholique ne peut pas faire moins – car la seule personne apte à célébrer la Messe tridentine est un véritable prêtre tridentin.

Nous nous tenons à ce qu'écrivait le vénéré Pape Pie XII :

"Soyez profondément persuadés que l'on ne peut être un instrument efficace pour l'Eglise si l'on ne s'est pas donné une culture proportionnée aux temps présents. Dans de nombreux cas ni l'ardeur de ses propres convictions, ni le zèle de la charité pour conquérir les âmes ne peuvent suffire. Le peuple a raison quand il réclame des prêtres 'saints et instruits'" (Texte posthume sur le sacerdoce préparé pour le 19 octobre 1958)

Devant une telle forfaiture, nous disons donc haut et fort : Non possumus !
 

>Edit du 10/10/19 : Lire notre deuxième communiqué :   Mgr Morello va-t-il s'opposer à Saint Pie X lui-même ?


 ----

  Nous publions avec son accord le communiqué de Mr l'abbé Grossin et nous invitons les lecteurs à lire, s'ils ne l'ont pas encore fait, le dossier complet de Mr. l'abbé Cekada : Les Saint Ordres et l’inaptitude canonique.

---

Un nouveau prêtre non formé et non tridentin

 

 Monsieur de Coatparquet sera ordonné prêtre le samedi 12 octobre 2019 dans la Chapelle Saint Pie V de Rennes par Monseigneur MORELLO. Il est prévu qu'il soit en poste à ABBARETZ (44) chez le Padre Rigoberto SANCHEZ.

 

 Je suis obligé encore de mettre en garde les fidèles contre ce nouveau prêtre incompétent car non formé dans un Séminaire selon les normes du Concile de Trente. Vous trouverez ci-joint un excellent article de monsieur l'abbé CEKADA sur les conditions catholiques pour former un futur prêtre digne de ce nom. Monsieur l'abbé CEKADA est professeur de Droit Canon au Séminaire de la Très Sainte Trinité, en Floride (USA), dont le directeur est Monseigneur SANBORN.

 

 Monsieur de Coatparquet a passé une seule année dans le Séminaire du Bon Pasteur (rallié) dont le Supérieur Général était monsieur l'abbé Philippe LAGUERIE et son bras droit monsieur l'abbé AULAGNIER. Ensuite, il a étudié tout seul dans sa chambre ses livres de théologie chez monsieur l'abbé GUEPIN à NANTES : pas de professeurs, pas d'examens, pas de vie de communauté. Ordonner un tel jeune homme, quelques soient ses qualités par ailleurs, est d'une imprudence et d'une impudence éhontées vis-à-vis des fidèles qui sont en droit d'attendre de leur prêtres qu'ils reçoivent la formation que veut l'Eglise selon le Concile de Trente, puisque nous avons deux Séminaires qui, sans être parfaits, ont le mérite d'exister ! Il y en a un en Italie (Turin) et un autre aux USA (Floride).

 

 Je vous demande donc de vous tenir à l'écart de tels prêtres incompétents afin de ne pas être mêlés à leurs désordres inévitables. Je profite de l'occasion pour dénoncer le scandale que Monseigneur MORELLO a causé en France en soutenant un faux évêque de PALMAR de TROYA (Espagne) Ricardo SUBIRON, lié à un trafic de drogue et d'armes. Non seulement cet évêque ne s'est jamais rétracté, mais il a admonesté violemment ceux qui ont eu la charité de dénoncer, preuves à l'appui, le loup dans la bergerie. Vous trouverez le dossier complet de cette affaire ici : https://vigilateetorate.wordpress.com/

 

 En vous écrivant cela, je sais que je serai critiqué. Je le fais par charité pour les fidèles qui ont besoin d'être protégés et avertis contre les faux prophètes et les mauvais pasteurs. Que ma charité ne soit pas comprise, peu me chaut ! J'aurai fait mon devoir. Je m'empresse d'ajouter que mon texte ne vise absolument pas monsieur l'abbé ROGER qui subit cette décision de Monseigneur MORELLO. D'ailleurs, sa seule réponse à mes objections est de faire confiance à Monseigneur MORELLO. Après l'affaire SUBIRON, on ne peut absolument pas faire confiance à ce prélat.

 

Bourbriac, le 07 octobre 2019

en la fête de Notre-Dame du Rosaire

Abbé Xavier GROSSIN