Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

7 articles avec montini (paul vi)

Paul VI a-t-il promulgué illégalement le Novus Ordo ?

Publié le par Clément LECUYER

  La Fraternité Saint Pie X et un mythe populaire traditionaliste

 

Abbé Cekada  La plupart des catholiques qui abandonnent la Nouvelle Messe le font parce qu'ils la trouvent mauvaise, irrévérente ou non-catholique.

 Instinctivement, cependant, le catholique sait que l’Église du Christ ne peut pas nous donner quelque chose de mal, puisque l'Église nous conduirait alors en enfer, plutôt qu'au ciel.

 Les théologiens catholiques, en effet, enseignent que les lois disciplinaires universelles de l’Église, y compris les lois régissant la liturgie sacrée, sont infaillibles. En voici une explication classique, donnée par le théologien Herrmann :

« L'Église est infaillible dans sa discipline générale. Par le terme discipline générale, on entend les lois et les pratiques qui appartiennent à l'ordre externe de toute l’Église. Telles sont les choses qui concernent soit le culte externe, comme la liturgie et les rubriques, ou l'administration des sacrements…

« Si elle [l'Église] pouvait prescrire, commander ou tolérer dans sa discipline quelque chose contre la foi et les mœurs, ou quelque chose qui tendrait au détriment de l’Église ou au préjudice des fidèles, elle se détournerait de sa mission divine, ce qui est impossible. »

 Tôt ou tard, donc, les catholiques font face à un dilemme : La Nouvelle Messe est mauvaise, mais ceux qui nous l'ont prescrite (Paul VI, et al.) possédaient apparemment l'autorité même du Christ. Que doit-on faire ? Accepter le mal à cause de l'autorité, ou rejeter l'autorité à cause du mal ? Choisir le sacrilège, ou choisir le schisme ?

 Comment un catholique peut-il résoudre ce dilemme apparent de l'autorité ecclésiastique prescrivant le mal ?

 Au cours du temps, seulement deux explications furent essentiellement proposées :

 

    1. Paul VI, qui a promulgué la Nouvelle Messe, avait perdu l'autorité papale.

 L'argument est le suivant : Une fois que nous reconnaissons que la Nouvelle Messe est mauvaise, ou nuit aux âmes, ou détruit la foi, nous reconnaissons aussi implicitement quelque chose d'autre : Paul VI, qui a promulgué (imposé) ce mauvais rite en 1969, ne pouvait pas posséder l'autorité véritable dans l’Église à ce moment donné. Il avait perdu l'autorité papale d'une manière ou d'une autre, ou bien il ne l'avait jamais possédée.

 Comment cela aurait-il pu se produire ? La défection de la foi, selon l'enseignement d'au moins deux papes (Innocent III et Paul IV) et de presque tous les canonistes et théologiens catholiques, entraîne la perte automatique de l'autorité pontificale.

 Le mal de la Nouvelle Messe, selon cet argument, est comme une flèche lumineuse géante pointant vers les papes post-Vatican II et clignotant les mots : "Pas d'autorité papale. Ayant perdu la foi catholique."

 

   2. Paul VI possédait l'autorité papale, mais n'a pas licitement promulgué la Nouvelle Messe.

 Cette position prétend que Paul VI n'a pas suivi les formes juridiques correctes quand il a promulgué la Nouvelle Messe. La Nouvelle Messe n'est donc pas vraiment une loi universelle, et par conséquent nous ne sommes pas obligés d'obéir à la loi qui l'imposait prétendument ; l'infaillibilité de l’Église est ainsi « sauvée. »

 Cette théorie a été extrêmement populaire dans le mouvement traditionaliste dès ses débuts dans les années 1960.

 C'est vouloir le beurre et l'argent du beurre. Cet argument vous permet de "reconnaître" le pape, mais d'ignorer ses lois, de dénoncer sa Nouvelle Messe, et de garder l'ancienne Messe. Il rassure les âmes simples effrayées du schisme, qu'elles sont, malgré les apparences, toujours « loyales envers le Saint-Père. »

 J'ai traité la première position dans mon étude Traditionalists, Infallibility and the Pope. Je vais discuter ici de la deuxième position, et décrire les difficultés considérables qu'elle présente en ce qui concerne la logique, l'autorité de l’Église et le droit canon.

 

 > Lire l'étude entière en cliquant ICI (sur le site etudesantimodernistes) ou bien ci-dessous :

Montini / Paul VI canonisé par l'Eglise moderniste

Publié le par Clément LECUYER

Résultat de recherche d'images pour "paul VI françois"

 Après les supposées canonisations des usurpateurs Jean XXIII et Jean-Paul Il, voilà que l'Eglise moderniste antichrétienne va accueillir dans ses rangs un nouveau "saint" : Montini. Les ennemis de l'Eglise catholique se canonisent entre eux, ce n'est en rien surprenant. D'un côté, nous pouvons dire que cela ne nous concerne pas puisque ces gens-là appartiennent à une nouvelle religion qui n'est pas catholique.

 Cependant, il convient de rappeler qu'en soi, un acte de canonisation est un acte irréformable par lequel un Souverain-Pontife engage son infaillibilité. Les traditionalistes de pacotille reconnaissant François comme légitime successeur de saint Pierre sont donc obligés de reconnaître comme saints les supposés "papes" Paul VI,  Jean-Paul II et Jean XXIII !  A moins de rejoindre la position Sede Vacante. 

 Nous republions l'analyse rédigée lors de la canonisation de J-P II : L'acte de canonisation, un acte de nature irréformable

Un nouvel ennemi de l'Eglise bientôt béatifié chez les modernistes

Publié le par Clément LECUYER

 Après les supposées canonisations des usurpateurs Jean XXIII et Jean-Paul Il, voilà que la nouvelle religion moderniste va bientôt avoir un nouveau béatifié : Montini. Les ennemis de l'Eglise se canonisent et se béatifient entre eux. D'un côté, nous pouvons dire que cela ne nous concerne pas puisque ces gens-là appartiennent à une nouvelle religion qui n'est pas catholique. Cependant, tout ceci vient confirmer ce que nous ne cessons d'affirmer : l'Eglise catholique éclipsée par cette société antichrétienne et révolutionnaire dirigée par de faux "papes" depuis Vatican II. 

Paul VI lors d'une visite en Inde. - SIPA

 Paul VI qui devrait être béatifié en octobre à la fin du Synode des évêques, selon une source proche du dossier.
 Le Vatican n'a pour l'instant pas officiellement confirmée cette information, jugée probable depuis quelques semaines.  Paul VI, de son vrai nom Giovanni Battista Montini, est souvent cité par François comme l'une de ses références. (Source : La dépêche)

Paul VI doit-il revenir ? Ce que nous pouvons penser du "survivantisme"

Publié le par Clément LECUYER

Depuis plus d'une trentaine d'années, il se raconte dans certains "milieux traditionalistes" que Paul VI aurait été remplacé par un sosie, installé dans le Vatican par les Franc-maçons (par intermittence à partir de 1972, puis en permanence à partir de 1974-1975).

 Souvent, ce sujet est rapidement écarté par les catholiques en quelques mots lapidaires : "au fou !". Cependant, dans le siècle de mensonge dans lequel nous vivons, Dieu sait combien de manipulations sont orchestrées par les partisans du camp maléfique ! C'est pourquoi un nombre non négligeable de personnes continuent de soutenir cette théorie sans que personne ne vienne leur démontrer leurs erreurs.

 Les personnes adhérant à cette rumeur se nomment catholiques "survivantistes". Interprétant à leur sauce quelques révélations privées ainsi que des propos de démons (recueillis lors d'exorcisme), ils soutiennent que Paul VI - le grand Pontife martyr - reviendra lors de la restauration de l'Eglise et chassera les modernistes. Mais où est-il donc depuis 1974 ? "Dans les caves du Vatican, gardé prisonnier" répondent certains survivantistes, d'autres vous diront qu'il s'est réfugié depuis sur l'île de Crête !

 Ne partageant pas cette thèse, il convient de rappeler rapidement quelques points :
 

1. Le Montini qui fut élu "pape" était un ennemi acharné de l'Eglise, un fervent défenseur de l'hérésie moderniste et ce, bien longtemps avant son "intronisation" au "pontificat". Il suffit de lire le dossier très complet du défunt abbé Luigi Villa.  Le sosie aurait remplacé Montini en 1974. Or, qui a promulgué le Concile Vatican II ? Qui a promulgué et signé en 1965 la déclaration hérétique Dignitatis Humanae sur la liberté religieuse ? Qui a promulgué en 1969 la nouvelle "messe" ? Pas le supposé sosie, mais bel et bien Montini. Certains rétorqueront qu'il a été influencé et manipulé par ses conseillers (on peut penser à Villot, Bugnini) ; même si cela pourrait se révéler exact, c'est bien lui qui a signé les documents hérétiques du faux concile Vatican II. Pour les avoir signés, il en est responsable personnellement. Par conséquent, parce que le Vicaire du Christ est doué du charisme de l'infaillibilité, Montini-Paul VI ne pouvait être Pape.

 En faire un Pape martyr prisonnier dans des cachots souterrains au Vatican est donc inconcevable au regard de la doctrine.
 

2. De plus, cette théorie est difficilement admissible au regard de la raison humaine ; né en 1897, Montini aurait bientôt 118 ans et serait donc l'homme le plus âgé du monde !
 

3. Il est surprenant que la thèse des survivantistes prenne (en partie) appuie sur des paroles des démons. En effet, l'Eglise, dans sa sagesse, a toujours conseillé à ses prêtres de ne jamais dialoguer avec les esprits mauvais lors des exorcismes car Satan est "menteur et le père du mensonge" (Jean 8 :44). L'Eglise tolère uniquement à ce que leur soit demandé le nombre et les noms des démons habitant la personne possédé.
 Etant des (mauvais) anges, les démons connaissent notre passé, notre présent mais ils ignorent l'avenir. Comment peuvent-ils nous prédire les évènements futurs ? Il est particulièrement étrange et dangereux de se fier aux maîtres du mensonge ; d'ailleurs, dans l'histoire de l'Eglise, a-t-on connaissance de cas similaires, où les catholiques ont pris appuie sur des discours maléfiques pour justifier une idée ? 
 

4. Concernant les révélations privées citées par les survivantistes, nous soulignerons trois points :

a/ Ces révélations ont-elles été toutes reconnues par l'Eglise ? Non.
b/ Tout ce qui y est dit ne peut-il prêter qu’à une seule interprétation ? Non. Tout s’est-il réalisé ou se réalisera-t-il à la lettre ? Non plus.

c/ La plupart du temps, les prophéties (autres que celles qui traitaient de notre Divin Sauveur), restent conditionnelles, conditionnées aux réactions de ceux à qui elles sont destinées en fonction de la manière avec laquelle ils les recevront. Dans l'Ancien Testament, un exemple frappant est celui du prophète Jonas qui prédit à Ninive la destruction de la ville, destruction qui n’eut pas lieu malgré cette prophétie car les Ninivites, frappés de la prédication de Jonas, firent pénitence et désarmèrent ainsi le bras vengeur de Dieu tout puissant.


5. Mais des faits sont là : des différences manifestes existent entre Montini et celui qui nous est présenté comme ayant été son soie. Les photos mises en avant sont effectivement troublantes.

 

http://a403.idata.over-blog.com/300x200/4/06/84/39/Le-vrai-et-le-faux.gif

"Paul VI avait les yeux bleus. Son sosie, les avait marron vert et portait des lunettes à double foyer." Sans oublier les nombreuses autres distinctions de visage. Par ailleurs, il y a l'argument des empruntes vocales totalement différentes entre les deux hommes.

 Aucun argument ne peut faire poids face à un fait, c'est pourquoi nous concluons qu'en effet, il n'est pas exclu que Montini ait été remplacé mais nous rejetons le reste des affirmations des survivantistes selon lesquelles "Paul VI, Pape est toujours en vie, exilé, attendant l'heure de Dieu pour retrouver le siège de Pierre". Mais pourquoi Montini aurait-il été changé par un sosie ? Bonne question... diverses hypothèses peuvent être avancées. Il faut savoir  qu'à notre époque, il devient pratique courante de se faire remplacer par un sosie, ce qui est depuis longtemps une méthode des services secrets.

 Bref, relativisons tout cela car, comme nous l'avons écrit, que Montini ait été remplacé par un sosie n'a pas grand intérêt dans notre situation puisque ce lugubre personnage n'a jamais pu détenir l'autorité pontificale. 

Après Jean XXIII et Jean-Paul II "béatifiés", bientôt autour de Paul VI

Publié le par Clément LECUYER

  Selon plusieurs sources, Paul VI pourrait être prochainement "béatifié" ; voici à titre d'information ce qu'écrit le site "Le Suisse Romain"  (nos rapides commentaires sont en vert)

http://lesuisseromain.hautetfort.com/media/02/00/2344027837.jpg"Selon Andrea Tornielli, le Pape [l'imposteur] Paul VI pourrait être béatifié durant l'année de la foi. La commission des cardinaux a voté oui à l'unanimité. Reste un miracle et la voie sera libre pour la béatification du Pape du Concile, mais aussi d'Humanae Vitae etc. [le promulgateur et porte-parole des réformes révolutionnaires invalides]

Après le bienheureux Jean XXII, initiateur du Grand Concile, ce sera au tour du Pape qui l'a porté à son achèvement. Son pontificat fut aussi un véritable martyr [sic! Martyr de quoi, de qui ? du modernisme et de l'oecuménisme ?] , qui fait du Pape Paul VI un grand précurseur du bienheureux Jean Paul II."

> Dossier de Don Villa : Paul VI béatifié ?
> Paul VI ne peut pas être un vrai Pape
> Notre dossier : Jean-Paul II, un antichrist "béatifié" par les siens

Montini-Paul VI, ennemi de l'Eglise catholique

Publié le par Christus.vincit

Le Coup de maître de Satan par Mgr Lefebvre  ( p. 23-24) concernant Paul VI :

http://www.mostholyfamilymonastery.com/Paul_VI_pictures/ephod.jpg Visite à l'O.N.U. et appui apporté à cette organisation maçonnique ennemie de tout ce qui est catholique.
— 
Visite à la salle des cultes de l'O.N.U., véritable temple maçonnique.
— 
Abandon de la tiare, signe de pouvoir du pontificat.
— 
Refus de la condamnation du communisme au Concile.
— 
Présence gênante des observateurs de toutes religions aux séances du Concile.
— 
Nomination des quatre modérateurs.
Intervention d'une femme au Concile.
Voyage en Israël. Contact avec le Grand Rabbin.
Embrassements d'Athénagoras avec levée d'excommunication. Athénagoras a eu un enterrement maçonnique .
Intervention contre le Coetus internationalis Pa-trum mais soutien aux cardinaux libéraux.
Remise de l'anneau papal à Ramsey, à Saint-Paul-hors-les-murs. Ramsey, laïc, maçon et hérétique. Bénédiction donnée avec le Pape à toute l'Eglise présente : cardinaux, évêques, clergé, etc.
Visite à Bogota pour soutenir les revendications des campineros et indirectement des guérilleros.
Visite aux Philippines pour arriver à Hong-Kong où un discours pro-communiste devait être prononcé, mais a été interdit par le gouverneur de Hong-Kong.
Décret pour les mariages mixtes, sans exigence pour le baptême catholique des enfants.
Nomination d'une commission pour la pilule, avec attente de deux années pour décider !
Décret sur l'hospitalité eucharistique permettant à des protestants de recevoir l'Eucharistie.
Secrétariat pour l'unité avec des déclarations philo-luthériennes.
Secrétariat pour les non-chrétiens.
Suppression des fêtes d'obligation.
Suppression du jeûne eucharistique.
Suppression de l'abstinence.
Autorisation des Messes du samedi pour le dimanche.
Autorisation pour l'incinération.
Concélébration de pasteurs anglicans au Vatican.
Bénédiction des pentecôtistes dansant et hurlant à Saint-Pierre.
Baisement des pieds de l'orthodoxie.
Remise aux musulmans du drapeau de Lépante.
Remise du chef de saint Jacques aux Orthodoxes.

Et toutes les grandes réformes :


Réforme liturgique.
Réforme des séminaires.
Démocratisation des institutions :
 - synode évêques à Rome
 - conférences épiscopales sans délimitation précise de pouvoir,
 - conseils presbytéraux diocésains.
Réforme de la Curie romaine et spécialement du Saint-Office. Centralisation.
Révision et modernisation de toutes les Constitutions des sociétés religieuses.
Démission obligatoire des évêques à 75 ans.
Eviction pour le Conclave des cardinaux de 80 ans.

b) A cette liste impressionnante, on peut ajouter d'autres actes (cf. Albert Briault et Pierre Fautrad, Le Ralliement de Rome à la Révolution, pp. 92-95) :

Cadeau de la crosse et de l'anneau au bouddhiste U'Thant.
Port de l'Ephod du Grand Prêtre juif en place ou auprès de la Croix pectorale.
Prière commune au C.O.E. à Genève.
Participation à une "célébration oecuménique" à Sidney.
Abolition des Ordres mineurs et du sous-diaconat.
Remplacement systématique des évêques fidèles par des progressistes, voire communistes.
Remplacement des curés et des vicaires par des "équipes sacerdotales".
Suppression du serment anti-moderniste.
Traductions hérétiques, oecuméniques de la Sainte Ecriture.
Catéchisme "Hollandais", hérétique, répandu partout.
Universités catholiques et Grands Séminaires devenus des foyers d'hérésie.
Liberté presque entière laissée aux pervertisseurs, clercs et laïcs, de l'enfance et de la jeunesse, dans les écoles et même les églises.

 

Merci à un lecteur de m'avoir transmis cette liste !

Montini-Paul VI avoue l'origine satanique du Concile Vatican II

Publié le par clovis


«La fumée de Satan s’était répandue dans le Temple de Dieu à la suite du Concile Vatican II.
On croyait qu’après le concile le soleil aurait brillé sur l’histoire de l’Église.
Mais au lieu de soleil, nous avons eu les nuages, la tempête,
les ténèbres, la recherche, l’incertitude ».

(Paul VI,
Homélie du 29 juin 1972)